-->

lundi 26 mai 2014

Retour sur Througham Slad's Lost Sessions



Après avoir découvert Througham Slad's Lost Sessions, édité chez Magpie Records, voici quelques précisions sur cet album sorti de l'oubli.

A la première écoute, l'impression qui ressort est que Leslie Penning mérite bien sa première place dans les crédits, car il s'agit effectivement plus d'un album de Leslie (lire la note en bas de page) sur lequel Mike a apporté son soutien en tant que guitariste, comme il avait l'habitude de le faire avec d'autres artistes  (David Bedford, Pekka Pojhola...). Une sorte d'échange de services, car n'oublions pas que le flûtiste a également apporté sa contribution sur In Dulci Jubilo, Ommadawn, Cuckoo Song ou Pipe Tune... tous crédités à la discographie officielle de Mike Oldfield. Sauf qu'ici, à la différence de ces derniers, la performance de Mike est plus en retrait, elle laisse le devant de la scène aux mélodies virevoltantes, les arpèges folks se contentant la plus part du temps de tramer la piste (un peu à la manière de ce qu'il faisait déjà avec Sallyangie).

Pas de solo électrique, ni d'overdubs à l'infini, les morceaux sont courts (2'40" en moyenne), dans un style traditionnel, et les instruments se comptent le plus souvent sur les doigts d'une main (Portsmouth étant de loin le plus fourni). On découvre ainsi des duos bucoliques flûte/guitare en toute simplicité, comme les rafraichissants Nobody's Jig, Selinger's Round et Minuet (arrangement du thème classique composé par J-S Bach).

Certains titres s'offrent quand même de légères contributions supplémentaires, à l'image du plus posé Giles Farnaby, où les arpèges de Mike accompagnent la mélodie émue de Les, alors qu'une légère nappe de clavier vient caresser le duo sur la toute fin.

En définitif, Tower Hill et Portsmouth sont les deux morceaux les plus étoffés : le premier alternant les pistes de différentes flûtes et utilisant les claviers comme cuivre de substitution pour se donner un air plus solennel, voire même royal (dans un style rappelant le folk de The Geese & the Ghost d'Anthony Phillips) ; le second se voulant plus rythmé, avec son bodhran et ses tambourins. Le premier enregistrement de ce dernier (provisoirement intitulé Pompey) reste très proche de sa version définitive, tout comme celui du mélancolique Argeers, pour lesquels les arrangements n'ont a priori pas été modifiés par la suite.

L'album se conclut sur deux titres bonus : les démos de Argiers et Portsmouth, qui, une nouvelle fois, ne varient pas vraiment de leur version finale (la qualité des enregistrements restant en revanche plus médiocre). MAJ 16/07/2014 : Après l'arnaque révélée de Perh Martinez, ces deux derniers morceaux bonus se sont avérés être de fausses démos réalisées à partir des versions originales (d'où le manque de différence).

Cette poignée de morceaux jusque là inédits prolongent la série des courtes pièces instrumentales dans la tradition folk de l'univers oldfieldien et vient ainsi s'inscrire dans la lignée d'In Dulci Jubilo, Cuckoo Song et Wrekorder Wrondo (dans une instrumentalisation plus minimaliste et sans électrique), ou encore The British Grenadiers, titre de Les Penning sur lequel on a souvent crédité Mike Oldfield, à tort.

Toujours est-il que malgré le fait que ces enregistrements soient restés dans l'oubli près de 40 ans, le rendu sonore sur CD est largement au-dessus de ce qu'on aurait pu espérer. Le seul bémol revient au packaging, qui à mon avis aurait pu être un peu plus soigné en anticipant par exemple les écarts d'impression (vu le prix de vente ça n'aurait rien coûté)... mais, soyons honnêtes, ce n'est pas le plus important.

Liste des pistes :

1- Argeers (First Recording) 4'03"
2- Tower Hill 4'15"
3- Nobody's Jig 1'34"
4- Pompey (First Recording) 2'06"
5- Minuet (Bach) 2'22"
6- Selinger's Round 1'30"
7- Giles Farnaby 3'11"
Bonus :
8- Argeers (Demo Version) 3'58"
9- Portsmouth (Demo Version) 2'01"

Durée totale : 23 min 50 sec

Partition de Argeers, annotée par Mike
Crédits et remerciements


Note de Leslie Penning (livret du CD) :

"L'été à Penrhos semble durer pour toujours

Penrhos Court est un grand manoir noir et blanc situé aux alentours de Kington dans le Herefordshire que le propriétaire avait décidé de transformer en hotel - le premier niveau étant un restaurant haut de gamme dans un long bâtiment détaché.

Le projet fonctionnait bien et le restaurant prospèrait.
A ce moment là, je jouais de la musique traditionnelle avec trois de mes amis, au violoncelle, à la harpe et deux flûtes à bec. Notre repertoire comprenait des danses Tudor, des pièces issues du Complete Dancing Master de Playford et diverses compositions du 18ème siècle.

Martin, à qui appartenait le restaurant, a suggéré que je donne un coup de fil au guitariste qui habitait sur la colline, il aimerait peut-être jouer aussi ! Jusque là, je vivais musicalement en autarcie et je n'avais jamais entendu parler de Mike Oldfield ou de Tubular Bells, ce qui probablement était aussi bien car sinon je n'aurais jamais osé téléphoner.

Je suis allé lui rendre visite à sa maison sur Bradnor Hill - je lui ai joué quelques airs que nous faisions (incluant Portsmouth) et il m'a joué Froggy Went A-Courting. Il a aimé mes mélodies et j'aimais Froggy.

Après cela, nous avons "chanté pour nos convives" jusqu'à deux fois par semaines. Je jouais diverses flûtes, de la cornamuse/cromorne, du Kortholt et de la vielle à roue, et Michael, quant à lui, jouait sur de magnifiques guitares.

Un soir, nous avons entrainé Richard Branson et Karl Dallas de Melody Maker et ils nous ont fait une critique plutôt bonne.
Puis, soudainement, ce fût la fin de l'été à Penrhos.

A l'hiver 1976, un matin de Janvier, quand l'équipe du Manoir était à Througham Slad, la nouvelle maison de Michael, nous avons enregistré sept pièces que nous connaissions très bien. Ce devait être la maquette pour mon album. Cependant, deux de ces pièces, Porthsmouth et Argeers, ont été utilisées ailleurs et la bande Ampex pris la poussière pendant 37 ans sur l'étagère de mon studio - un souvenir muet d'une année merveilleuse."

Les Penning - été 2013

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, merci et félicitations pour votre blog qui est une vraie mine d'or. En fait je ne trouve aucun lien de contact avec vous sur le site, et j'avais une question qui n'a rien à voir avec l'article.
Le Titre "Nuclear" de MOTR sert de bande-son pour le trailer d'un jeu vidéo, Metal Gear Solid V. On voit à la fin de la vidéo l'autorisation de la maison de disques, mais je crois me souvenir que MO a vivement critiqué les jeux vidéos guerriers et violents. Savez-vous s'il a lui-même donné son accord ?

orabidoo a dit…

Tout d'abord merci beaucoup pour vos encouragements.
Votre remarque est juste ! Mike avait d'ailleurs déclaré, lors de la sortie du jeu Tres Lunas, qu'il "détestait les jeux vidéos violents" tout en ajoutant qu'il avait voulu "apporter une sorte d’élégance et du respect envers la beauté de la vie, au lieu de missions pour tuer tout ce qui passe dans le viseur" (The Times, avril 2001).... Le fait que 'Nuclear' serve de musique officielle à la BA du nouveau Metal Gear Solid fait donc un peu tâche... Mais malheureusement je crois que l'accord venait surtout de la maison de disque (bien que Mike aurait surement pu mettre son véto pour ce genre d'utilisation).
Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis ces déclarations, et l'on voit bien que depuis 2012, la communication autour de MO est plus importante qu'auparavant (notamment depuis le retour de Caroline Monk). La campagne pour MOTR a été bien plus grande que pour les deux premiers albums édités par Universal, quitte peut-être à passer sur quelques principes personnels.. Surtout que cette vidéo illustre bien l'objectif de la maison de disque qui est de familiariser un nouveau public à la musique de Mike, un public plus jeune, ce qui avait déjà été le but avec Tubular Beats (peut-être un peu aussi avec Luke Spiller)..
Pour ceux que ça intéresse voici le lien de la vidéo en question (qui a quand même de la gueule.!) : https://www.youtube.com/watch?v=wsJ-sigIA8o

Anonyme a dit…

Merci pour votre réponse !
Olivier

Anonyme a dit…

Merci pour votre réponse !